Comores Airlines ne verra pas le jour

par | 26 Juil 2023 | Economie, International

Au début de cette semaine, Mohamed Maoulida dévoilait la naissance de la compagnie Comores Airlines, promettant des vols directs entre Paris, Marseille et Moroni.


Néanmoins, cette annonce a rapidement été contrecarrée. L’Agence Nationale de l’Aviation Civile des Comores (ANACM) a émis un communiqué précisant qu’aucune autorisation n’avait été accordée à ce projet rapporte Réunion la 1ère.

Ce projet aérien, révélé soudainement à la presse, semblait au premier abord plausibles, vu l’importante diaspora comorienne en France, notamment dans les périphéries de Paris et Marseille.

Mais selon le communiqué de l’ANACM, repris par Habariza Comores, tout transporteur aérien doit, conformément à la loi N°17-016/AU, obtenir un agrément délivré par le Ministère de l’aviation civile et un permis d’exploitation aérienne (AOC) délivré par le Directeur Général de l’ANACM. Ce processus de certification, édicté par l’aviation civile des Comores, n’a pas été suivi par Comores Airlines.

Le Directeur Général de l’ANACM affirme que Comores Airlines n’a pas entrepris les démarches nécessaires. La compagnie ne décollera donc probablement jamais sans ces autorisations essentielles.


S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Sea Shepherd fait arrêter trois braconniers de tortues

Sea Shepherd fait arrêter trois braconniers de tortues

L’organisation écologiste Sea Shepherd a joué un rôle clé dans l’arrestation de trois braconniers de tortues sur la plage de Papani à Mayotte, illustrant l’efficacité des actions de préservation de la biodiversité marine.

96 victimes dans le naufrage d’un bateau de pêche au Mozambique

96 victimes dans le naufrage d’un bateau de pêche au Mozambique

Une tragédie maritime est survenue au large des côtes mozambicaines, un bateau de pêche surchargé et non autorisé à transporter des passagers a fait naufrage près d’une petite île de la province septentrionale de Nampula, entraînant la mort de 96 personnes, dont des enfants, selon les autorités locales.