Azali Assoumani au cœur de la controverse

par | 5 Juin 2023 | International, Politique

En dépit des désaccords entre le président français Emmanuel Macron et son le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, face au président comorien Azali Assoumani, l'opération spéciale Wambushu, visant à expulser les Comoriens de l'île de Mayotte, a repris son cours. Le président des Comores pourra t-il encore longtemps continuer à accueillir les expulsés?


L’objectif annoncé est d’effectuer 200 expulsions par navette maritime, une réalité que le président Azali ne peut plus nier. Cependant, son gouvernement est vivement critiqué pour sa politique d’acceptation des Comoriens expulsés de Mayotte, ce qui lui vaut d’être accusé de trahison.

Dans le but de détourner l’attention de cette controverse, le gouvernement se concentre désormais sur les élections à venir. La Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) a été mise en place et la campagne de leur parti, le CRC, a été lancée. Pourtant, en tant que président de l’Union Africaine, Azali Assoumani est vivement critiqué pour négliger les problèmes internes de son propre pays, notamment les conséquences de l’opération Wambushu à Mayotte. Sa légitimité et sa crédibilité sont de plus en plus remises en question, et certains estiment qu’il devrait être jugé pour haute trahison selon Comores infos.

Le 27 mai, des milliers de personnes se sont rassemblées à Moroni pour demander la fin du pouvoir d’Azali. Ibrahim Abdourazak, surnommé Razida, un citoyen engagé, a même lancé une action en justice contre le président Azali pour haute trahison devant la Cour Suprême. Ce geste symbolique reflète l’opinion publique grandissante envers le régime d’Azali Assoumani. L’appel à la mobilisation pour demander la mise en accusation d’Azali se fait de plus en plus fort, témoignant de la frustration et de la colère de nombreux Comoriens face à la situation actuelle.

La communauté internationale suit de près l’évolution de la situation à Mayotte et en Union des Comores : si la voie du dialogue semble pour l’instant privilégiée, une montée des contestations n’est cependant pas exclue.


Dans la même rubrique

Procès de Salime M’déré pour incitation à la violence

Procès de Salime M’déré pour incitation à la violence

Salime M’déré, premier vice-président du Département de Mayotte, se retrouve dans la tourmente judiciaire suite à ses propos polémiques tenus lors d’une intervention télévisée le 24 avril 2023. En pleine opération Wuambushu, alors que Mayotte faisait face à une vague de violences perpétrées par des bandes de jeunes, M’déré avait déclaré à la télévision : « Il faut peut-être en tuer », suscitant une vive controverse.

Tensions et violences en marge de la visite de Philippe Vigier

Tensions et violences en marge de la visite de Philippe Vigier

Mayotte a connu une flambée de violences au premier jour de la visite du ministre délégué aux outre-mer, Philippe Vigier. Dès le matin, des affrontements ont éclaté dans les communes de Dembéni et Tsingoni, impliquant des bandes d’individus et les forces de l’ordre.