Alerte à la fièvre typhoïde à Hamouro : Mobilisation de l’ARS pour endiguer l’épidémie

par | 22 Jan 2024 | Santé

Malgré la crise de l'eau survenue en 2023, qui aurait pu favoriser la propagation de maladies hydriques, l'ARS a renforcé ses mesures de prévention, limitant le nombre de cas de fièvre typhoïde à 15, contre 123 cas en 2022. Ces efforts ont inclus la surveillance accrue de la qualité de l'eau, des campagnes de vaccination ciblées, et des investigations rapides en cas de détection de nouveaux cas.


Cette annonce s’inscrit dans un contexte sanitaire diversifié, marqué par plusieurs épidémies sur l’île.

Bastien Morvan, directeur de cabinet de l’ARS Mayotte, a souligné l’importance de cette maladie infectieuse, qui peut s’avérer mortelle en l’absence de traitement rapporte le Journal de Mayotte. La fièvre typhoïde, causée par une bactérie, se transmet principalement par l’eau et les aliments contaminés, et se manifeste par des symptômes tels que fièvre élevée, douleurs abdominales, éruption cutanée et fatigue intense.

Face à l’émergence de ces cas à Hamouro, l’ARS va lancer une campagne de vaccination dès le 22 janvier, ciblant les proches des personnes infectées et les habitants volontaires du village, conformément aux recommandations du Haut Conseil de la Santé Publique. Des sessions de vaccination seront organisées dans des lieux clés du village, dont l’école primaire d’Hamouro et près du marché couvert.

L’ARS met l’accent sur la nécessité pour les habitants présentant des symptômes de la fièvre typhoïde de consulter rapidement un professionnel de santé. Cette mobilisation rapide vise à contenir l’épidémie et à préserver la santé publique à Mayotte, en particulier dans les zones à risque comme Hamouro.


Dans la même rubrique

Comores : Un enfant de 4 ans emporté par le Choléra à Ngazidja

Comores : Un enfant de 4 ans emporté par le Choléra à Ngazidja

le CHN El Maarouf à Moroni a été le théâtre d’un événement tragique : un petit garçon de seulement 4 ans est décédé, victime du choléra. Ce décès, confirmé par le Dr Yassine, pédiatre à l’établissement, marque la quatrième disparition due à cette maladie infectieuse sur l’archipel ces dernières semaines.