Agression d’une avocate : nouveau renvoi de procès du Réunionnais « Guito » Narayanin 

par | 29 Fév 2024 | Justice

Le patron du BTP à Mayotte, Théophane Narayanin dit « Guito », est suspecté d’avoir commandité le passage à tabac d’une avocate, en 2015, dans le cadre d’un litige portant sur l’attribution d’une carrière. Il attendra encore avant d’être jugé aux côtés d’un ancien avocat réunionnais et de quatre présumés hommes de mains : le tribunal de Mamoudzou a renvoyé l’audience au 1er octobre 2024.


Neuf années d’une procédure qui semble interminable pour les parties civiles. L’homme d’affaires réunionnais Théophane Narayanin, plus connu sous le surnom de « Guito » dans l’île aux parfums, était attendu au tribunal correctionnel de Mamoudzou ce jeudi 29 février. Sous contrôle judiciaire depuis fin 2016, le « boss » du BTP à Mayotte est suspecté d’avoir commandité l’agression d’une avocate d’un cabinet reconnu le 2 septembre 2015.

Cette dernière n’était pas la robe noire directement visée, mais travaillait avec une autre avocate, Me Sylvie Sevin, qui gérait un contentieux foncier opposant « Guito » à Frédéric d’Achery. « Guito » aurait financé quatre « hommes de mains » pour ce qui a été décrit comme un véritable passage à tabac, en plein jour. « Guito » est sous contrôle judiciaire depuis sa sortie de détention en 2017.

Mais l’affaire, dans laquelle une quinzaine d’avocats sont amenés à plaider, a dû être renvoyée car Saïd Larifou, un avocat réunionnais poursuivi pour avoir un joué un rôle d’intermédiaire entre Guito et ses quatre hommes de main, n’a pas reçu la citation à comparaître. Ce dernier est actuellement au Sénégal, où il représente les intérêts d’un opposant au président, Ousmane Sonko.  

Saïd Larifou est poursuivi pour subornation de témoins. Il est suspecté d’avoir manipulé les quatre hommes de mains pour qu’ils ne désignent pas Guito comme étant le commanditaire

Rendez-vous est donc donné les 1er et 2 octobre 2024 pour deux journées d’audience qui s’annoncent hautes en couleurs, sauf nouveau rebondissement.

« Ma cliente [l’avocate passée à tabac, qui exerce désormais à Millau, NDLR], ça fait plusieurs années qu’elle attend ce jugement, malheureusement, il y a souvent des absents et des renvois. Tout le monde a désormais six mois pour se présenter », conclut sobrement Me Soumetui Andjilani.

En l’attente, le tribunal maintien les contrôles judiciaires de Théophane Narayanin et Saïd Larifou. Ces derniers ont interdiction d’entrer en contact avec les victimes.

 


S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Il détrousse un scootériste pour s’acheter des bières

Il détrousse un scootériste pour s’acheter des bières

Au tribunal correctionnel de Mamoudzou, une affaire peu commune était jugée hier : un vol aggravé pour quelques bières. Les faits remontent à août dernier, quand un motard se fait surprendre à Vahibé par deux hommes masqués, armés de machettes, et visiblement déterminés à lui voler 200 euros.

Jacques-Martial Henry en procès contre le Journal de Mayotte pour diffamation

Jacques-Martial Henry en procès contre le Journal de Mayotte pour diffamation

Le JDM (Journal de Mayotte) se trouve au cœur d’une action en justice, intentée par Jacques-Martial Henry, ancien vice-président du Département de Mayotte et ancien chargé de mission chez Mayotte Channel Gateway (MCG), suite à la publication d’un article le 7 juillet 2023. Cet article portait sur la décision de la Cour de cassation d’annuler la relaxe de l’élu et de la présidente de MCG, Ida Nel, dans une affaire de prise illégale d’intérêt, et de les renvoyer devant la cour d’appel de Paris.