Affaire de violence à Koungou : le tribunal mise sur le traitement psychologique

par | 15 Fév 2024 | Faits divers

Un jeune homme jugé pour violence aggravée contre son grand-père à Mayotte a été condamné à quatre mois de prison avec sursis. Le procès a révélé de grandes fragilités psychiatriques de la part du prévenu.


Hier, un jeune homme d’une vingtaine d’années, connu sous l’initiale M. B et en détention provisoire depuis le 27 décembre, a été jugé pour « violence aggravée » suite à un incident survenu le 25 décembre chez son grand-père à Koungou, Mayotte. M. B, accusé d’avoir agressé son grand-père avec une bouteille d’eau glacée, avait déjà manifesté par le passé des comportements violents envers celui-ci. Lors de son audience, il est apparu comme un individu lucide mais vulnérable, ayant précédemment été interné en psychiatrie. Son avocat a souligné l’importance du suivi psychologique et du traitement pour prévenir de futures crises de violence.

Malgré ses antécédents et un comportement agité sans traitement, M. B s’est montré plus calme depuis sa détention et le renouvellement de son traitement. La défense a plaidé pour sa relaxe, arguant que l’acte de violence était un emportement momentané et non prémédité. Le tribunal a finalement requalifié les faits en « violence avec arme » et condamné M. B à quatre mois de prison avec sursis probatoire, assortis d’obligations de formation ou d’emploi et de suivi psychologique, ainsi que de plusieurs interdictions, notamment de contact avec la victime.


S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Violentes rixes à la sortie des collèges de Tsararano et Mgombani

Violentes rixes à la sortie des collèges de Tsararano et Mgombani

Hier, une bagarre d’une rare violence a éclaté à la sortie du collège de Tsararano. Des jeunes de Dembeni, Iloni et Tsararano se sont affrontés, obligeant les villageois à intervenir pour tenter de calmer les esprits. Cependant, leurs efforts se sont avérés insuffisants, et la situation est rapidement devenue hors de contrôle. Les forces de l’ordre ont dû intervenir pour disperser les jeunes et sécuriser la sortie des classes.